Manjaro : ArchLinux pour tous !

Dans un précédent billet, je vous avouais une chose : Linux m’ennuie… Depuis plus de 6 ans, j’utilisais Ubuntu. J’en avais fait mon système favori, participant même, avec mes maigres compétences, à la traduction ou même, il y a déjà un peu de temps…, au packaging de pilotes wifi pour certains portables ACER.

Depuis, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts… Lassé par l’orientation « philosophique » et technique prise par Ubuntu, j’ai décidé de migrer vers d’autres cieux plus radieux. Unity, « spywares », Amazon et autres Gnome3 ont fini par me faire renoncer à mon « joujou ». Ma recherche s’est donc immédiatement porter vers des systèmes plus « sains », plus libres. Debian ? Oui, certainement, mais … rien de nouveau sous le soleil ! Et puis mon PC ne doit pas trop aimer Debian … ou bien c’est moi (problèmes de locales récurrents, carte graphique qui merdouille, etc.).

Alors quoi ? Passer sous système *BSD, comme je vous l’avais suggéré dans un article précédent ? Mouais… j’ai fait le tour des NetBSD, FreeBSD, DragonFly ou même  OpenBSD. C’est puissant, ça fonctionne parfaitement, c’est stable et fiable… mais Gnu/Linux a fini par me manquer :) …Et puis j’ai découvert Arch Linux. Un système pour barbus, geeks et autres ténors du “locale-gen”, du “cfdisk” et du “fakeroot”. Bref : un environnement ouvert, complet et stable où on doit mettre les mains dans le cambouis pour obtenir un système “à nous”.

Sous Arch Linux, j’ai découvert de nouvelles commandes : pacman, yaourt, etc. Ça change des apt-get à foison que j’avais l’habitude de taper depuis des années. J’ai testé pendant une semaine sur un ordi de test, sous Virtualbox. Et résultat ? Ca me plait ! Mais il reste un souci, de taille. Le temps ! Le temps dont on doit disposer pour installer un système complet, “aux p’tits oignons”. Le temps consacré aux recherches sur le Net pour trouver une solution à un problème de locale, de carte graphique, d’erreur de configuration, etc. Et le temps, je ne l’ai pas ! Boulot + famille (3 enfants) = temps réduit réservé aux “loisirs”… Et puis, en cherchant un plus sur le Net, j’ai entendu parler de Manjaro. J’ai découvert cette distribution sur Distrowatch. Une distribution basée sur Arch Linux proposant une ISO sous XFCE, Mate ou Cinnamon, déjà, ça sent bon ! Mais une distribution qui facilite l’accès à Arch Linux par certaines applications plus “user-friendly”, ça sent très bon. Et finalement, ça sent tellement bon, que je l’ai adopté.

Une petite présentation de la bête s’impose maintenant : Manjaro Linux est une distribution basée sur le système Arch Linux, ça je l’ai déjà dit, et par conséquent totalement compatible avec cette distribution bien connue (dépôts, etc.). L’intérêt et les objectifs fixés par Manjaro sont d’être une distribution simple à l’usage, actualisée, rapide, conviviale, et calquée sur les principes du K.I.S.S.

Particulièrement déployée sous un environnement de bureau léger mais puissant comme Xfce, Manjaro est également disponible avec les versions de Mate, Cinnamon et KDE. Et dernièrement une version de test est sortie sous OpenBOX.

Développé en Autriche, en France et en Allemagne, Manjaro combine l’ensemble des avantages d’Arch Linux avec une approche centrée sur la convivialité et l’accessibilité. Disponible à la fois en version 32 et 64 bits, Manjaro convient tant aux débutants qu’aux utilisateurs avancés. Pour les débutants, Manjaro offre un installeur convivial et le système est conçu de façon à ce que tout fonctionne directement, sans intervention de votre part (“out of the box”). Et ça, j’ai pu le tester et le vérifier ! … Possédant une carte graphique Radeon HD6850, j’ai choisi de démarrer Manjaro XFCE “avec les pilotes propriétaires” (Ouhhhh ! Le vilain !!!). Une fois le live-cd démarré puis l’installation achevée, je me suis retrouvé sous un système parfaitement fonctionnel, avec notamment les pilotes AMD/ATI installés ! Le bureau est esthétique et je me retrouve à l’aise sous XFCE4 que j’apprécie tout particulièrement.

manjaro_cli_installer

 

initramfs-manjaro

J’ai aussi découvert AUR (Arch User Repository, dépôt des utilisateurs d’Arch Linux) qui est une bien belle invention. Arch User Repsotory est un dépôt communautaire auquel tous les utilisateurs d’Arch peuvent participer. Il contient des descriptions de paquets, les PKGBUILD (similaires aux ports BSD), par opposition aux dépôts officiels qui contiennent des paquets binaires compilés, tout prêts. AUR n’est donc pas un dépôt classique et en particulier, le contenu n’est pas systématiquement vérifié ni maintenu activement. Il faut donc être prudent lors de son utilisation. Mais ça permet d’installer des applis qui peaufinent votre système.

Yaourt est un programme en ligne de commande qui complète et améliore les fonctions de pacman (équivalent d’apt-get sous Debian et dérivés) pour la gestion des paquetages sur Archlinux et le support d’AUR (recherche, installation, gestions des conflits et dépendances).

yaourt_2

Tout ce petit monde fonctionne parfaitement avec fluidité.

Il me reste encore à tester beaucoup de choses. Ce “nouvel environnement” me permet de changer d’air, de respirer à nouveau sous Gnu/Linux où, sous Ubuntu, j’avais l’impression de régresser. Je ne dénigre pas Ubuntu et respecte humblement ses utilisateurs dont j’ai fait partie pendant des années. Je sais d’où je viens. Mais j’ai fait mon choix. Personnel. Et je subodore … que beaucoup commencent à avoir le même raisonnement que moi.

Conclusion ? On se retrouve dans quelques semaines pour faire le point sur ma vision et mon expérience sous Manjaro… Mais pour le moment, ça se passe bien ! :)

Bref : j’ai installé Manjaro sur mon PC.

Manjaro

15 Responses to Manjaro : ArchLinux pour tous !

  1. nox dit :

    Merci pour cet article ;O)
    je me mets dans ton aspi.. Manjaro Xfce en cours de téléchargement.

  2. pierro dit :

    Merci pour l’article.
    Mais j’ai une question : qu’est ce qui change entre, par exemple, Manjaro et Debian+Xfce ?
    Quelques commandes “exclusives” utilisées une fois par semaine ? Des dépôts différents ? En fait, si on est utilisateur, on a sous les yeux la même chose : xfce + les applications installées. Le reste est soit futilité, soit hobby.
    De plus, d’après leur philosophie assumée sur le site officiel, le but d’Archlinux est plus de guider l’utilisateur vers la doc et de lui apprendre à comprendre le système en se passant de GUI. Dans ce contexte, la satisfaction que donne Manjaro sans l’effort demandé par Archlinux fait un peu “décalé” et de toutes façons, si tu as un problème de CG que tu n’arrives pas à résoudre sous ubuntu, je te souhaite bien du plaisir sous arch (pour ça ou pour une autre tuile).
    Je pense que c’est important de préciser que la plupart des blogueurs qui migrent d’une distribution à l’autre – il y a toujours une migration mûrement et gravement réfléchie en préparation sur le planet-libre ;) – ne sont dues qu’à une chose : l’ennui et la recherche de nouveauté. C’est bien en soi, mais il faut le préciser (ce que tu as d’ailleurs fait), plutôt que de prendre d’autres prétextes.
    Pour conclure : pour moi, le gars qui est sous ubuntu et qui n’a vraiment pas le temps, il ne faudrait pas lui conseiller arch, même édulcorée. Ça ne lui apportera rien que des problèmes (= perte de temps), ne changera rien à l’apparence de son bureau, et ce n’est pas le but d’ Archlinux. L’effet ventoline est psychologique ;)

    • mumbly dit :

      Merci pour ce commentaire fort pertinent. Mais en ce qui me concerne, et comme expliqué brièvement dans l’article, une raison globale m’a poussé à lâcher Ubuntu : déontologiquement, cette distribution s’éloigne du Libre ! J’ai besoin du Libre, … sinon je reste sous Windows 7.
      Une raison officielle m’éloigne de Debian : j’ai énormément de mal à configurer mon PC sous cette distribution. Niveau Libre et déontologie, Debian me convient pourtant très bien !
      Une raison officieuse m’éloigne également de Debian : j’ai pas d’accroches … avec sa communauté. Certains hurluberlus, certainement pas représentatifs de l’ensemble, sont des barbus intolérants à la connaissance innée, omnipotente, omnisciente … Je me comprends ! :)
      Après des années passées sous Gnu/Linux, c’est vrai que, dans mon cas, j’ai besoin de retrouver un peu de pureté et de clarté. Manjaro m’apporte tout cela à la fois en me permettant d’appréhender une distribution complexe d’approche : Arch. Manjaro va me permettre, par l’exemple, de comprendre les rouages d’Arch en général et de certainement progresser au niveau connaissances “en général”.
      Voila pourquoi il me fallait migrer : c’était urgent, vital !

      • pierro dit :

        Ubuntu est depuis le départ une distribution destinée à être rentable commercialement. Je trouve qu’elle fait plutôt bien avancer le libre en ayant une attitude pragmatique, et je l’attends avec impatience sur mon smartphone. Elle est impure d’après notre prophète Richard, mais même si je sais que ce qu’il y a de plus sain(t) c’est l’eau, quand il y a des bières au frais … Nous ne sommes pas tous des moines renonçant et mêmes ceux qui prétendent l’être cachent parfois honteusement certains drivers ou codecs. Ce n’est pas pour ça que je retournerai à XP (seven j’ai pas connu) ! Je suis bien sous gnu/linux, même si le temps que j’ai à consacrer à ça et mon niveau ne me permettent que d’utiliser des distributions grand public. Sans intégrisme, vraiment, juste bien et à l’aise.
        Je caresse pourtant le doux rêve qu’un jour pluvieux, je prenne le temps de configurer debian + awesomewm aux petits oignons, mais j’ai l’isolation des combles à faire, donc on verra plus tard ! lol

    • Nassim dit :

      Archlinux est certes destinée à des utilisateurs expérimentés, par contre, elle offre des plus par rapport à Ubuntu :
      – Une documentation plus poussée et parfois plus complète que celle d’Ubuntu. (Une vraie référence avec celle de Gentoo).
      – Paquets beaucoup plus à jour.
      – Rolling release.
      – Peut être plus de paquets que sous Ubuntu (grâce à AUR).
      – Excellent gestionnaire de paquets.
      – Communauté compétente.
      – Indépendance à un environnement de bureau particulier (contrairement à Ubuntu).
      – Absence d’assistants qui peuvent parfois abrutir l’utilisateur, introduire des bugs,..etc.

      • pierro dit :

        Pour les paquets, c’est faux, au moins pour la fraicheur, car vous n’êtes pas assez nombreux ! Un seul exemple : regarde le ppa ubuntugis-stable (je travaille dans la cartographie) presque tout est en avance comparé à AUR ! (même 1.8 au lieu de 1.6 pour la star qgis -> ça doit faire 2 ans qu’elle est sortie la 1.6 !! )
        Concernant la communauté, il n’y a rien que je n’ai réussi à résoudre sous Ubuntu simplement en lisant les forums (sans même poser de question).
        Ubuntu est parfaitement indépendante de tout environnement de bureau, c’est pour ça qu’elle existe officiellement en plusieurs saveurs!
        Je pense que tout est question de point de vue, mais l’important est de ne pas se laisser aveugler par un idéal. C’est bien d’en avoir un, mais si on s’y accroche jusqu’à ne plus être objectif, c’est que ce n’est pas le bon. Arch est plus geek, mais elle est très loin d’être meilleure en tout !

        • Nassim dit :

          Je ne sais pas d’où tu as récupéré ces informations sur les paquets comme QGIS mais elles sont erronées, le paquet sur AUR est bien en 1.8.0-4 et tu as même la version GIT (version de dev). De même, de part le fonctionnement d’AUR (qui ressemble un peu au mécanisme d’emerge de Gentoo), il est possible de lui faire compiler une version pas encore répertoriée.

          J’ai énormément bossé sous Ubuntu dans mon ancien boulot, j’avais des collègues sous Fedora et Debian aussi, crois-moi, il n’a pas eu un jour où ils avaient eu un paquet plus récent qu’un des miens sur leurs dépôts.

          Cela dit, Ubuntu reste plus accessible aux utilisateurs débutants.

  3. manu dit :

    Sinon comme distros basées sur Arch, en plus user-friendly, il y a aussi :
    Chakra Linux (www.chakra-project.org) pure Qt, pour ceux qui aime Kde ;
    et Bodhi Linux (www.bodhilinux.com) pour ceux qui préfèrent Enlightment.

    Enjoy the differents tastes of GNU/Linux :)

    • Zorastre dit :

      Si Chakra est bien issue à l’origine de Arch, Bodhi Linux est par contre basée sur les Ubuntu LTS pour les versions x86 et sur Debian pour la version ARM.
      Ceci étant, cela reste une distribution à conseiller pour ceux qui veulent utiliser Enlightenment.

  4. dacrovinunghi dit :

    Arch rules
    Pour un utilisateur normal, on n’as pas à changer les locales de compilation
    pour le reste c’est de la config qui est plutot vite faite en lisant la doc
    – choisir un depot francais, définir les locales (facile paris + fr)
    et c’est tout à vie
    Si tu veux trouver le module (par exemple de ta carte) , tu lances un live cd et lsmod te donnera les modules manquant.
    en rolling, après tu suis lors de mise à jour, les infos sur le site officel (3 pépins en 1,5 ans) et les fichier pacnew (nouvelle config) et c’est tout
    pour moi j’ai 1/4 heures de maintenance (mise à jour et sauvegarde)

  5. alcorik dit :

    Hello,
    J’ai d/l la derniere version stable (manjaro-xfce-0.8.3-x86_64), bien démarré sur l’image gravée sur dvd (en choisissant pilotes proprietaires), et je me retrouve sur le prompt avec le user manjaro/manjaro.
    Question : A ce stade ne devrais-je pas accéder à l’interface graphique ? dois-je forcément faire l’installation pour ça?
    merci

    • mumbly dit :

      C’est surement qu’il y a un problème avec les pilotes propriétaires… Choisis le démarage normal (sans pilotes propriétaires) et vois ce que ca donne …

      • alcorikr dit :

        effectivement c’etait bien un pb de pilote proprietaire.
        D’ailleurs j’ecris avec Midori sur la distrib’ Manjaro..elle est pas belle la vie? ^_^

        merci

  6. fyl dit :

    dans l’esprit , Archlinux+Openbox, il existe Archbang (http://archbang.org/) , je l’utilise et j’aime beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code class="" title="" data-url=""> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <pre class="" title="" data-url=""> <span class="" title="" data-url="">

%d blogueurs aiment cette page :